J'ai peur d'avoir faim

Avez-vous déjà entendu cette phrase ? « J’ai peur d’avoir faim ». Une phrase courante que l’on devrait trouver choquante. Elle est même antinomique avec notre société de consommation qui a rendu la nourriture très facilement accessible, nous la mangeons et la jetons en abondance d’ailleurs ! Alors pourquoi ressentir cette peur, celle d’avoir faim ? Je suis moi-même passée par là ! Manger en avance un aliment dit sain, pour éviter de me jeter sur de la malbouffe après. Manger par avance afin d’éviter d’avoir un creux entre les repas. M’inquiéter d’avance du prochain repas avant de me lancer dans une activité. Que va-t-on manger après la randonnée ? Est-ce que nous aurons le temps de manger entre ces deux rendez-vous ? 

 

Posons-nous un instant sur ce phénomène. Cette peur ne vient pas du fait que nous craignons réellement de ne pas trouver à manger le moment venu. Dans le fond, nous savons tous que nous trouverons quelque chose en cas de fringale. À mon sens, deux principales causes provoquent cette situation : la peur de manquer et la crainte de notre comportement face à la nourriture une fois la faim déclarée. 

 

La peur de manquer

 

Par manque de confiance, par besoin d’exister ou parce que nous avons vécu quelques instants forts durant notre enfance ou adolescence. Par exemple, si un adulte s’est amusé à terminer votre part de gâteau pour rire, alors que vous aviez prévu de le manger plus tard. Ou encore, si vous aviez une mère qui avez l’habitude de faire très attention et qui ne posait pas sur la table un gramme de pâtes en trop ! Ces instants de vie qui peuvent provoquer des traumatismes et nous conditionner face à la nourriture. 

 

portrait

Notre comportement face à la nourriture 

 

Si j’ai faim, je vais trop manger. Le fait de sortir de table le ventre plein (donc d’avoir trop mangé), n’est pas dû à la sensation de faim. Non, c’est parce que la personne n’a plus l’habitude de manger avec faim et se coupe de ses sensations de satiété. Dans ce cas, elle développe une relation frustrante avec la nourriture, donc chaque fois qu’elle a faim, elle vit une compulsion alimentaire ! En conséquence, chaque fois que cette personne a faim, elle mange trop ! C’est ainsi qu’une idée reçue à la vie dure « J’ai très faim, j’ai besoin de beaucoup manger » FAUX ! Quand on a très faim, on a tout simplement besoin d’ingérer immédiatement des calories, cela ne signifie pas que nous avons besoin de nombreuses calories. Une nuance de taille, n’est-ce pas ? Sortez-vous cette idée de la tête ! Si vous avez faim, vous avez besoin de manger (et non beaucoup manger). Mais à force de ne pas écouter nos sensations alimentaires, nous provoquons des comportements compulsifs avec la nourriture. 

 

Ces compulsions provoquent une autre crainte, celle de manger n’importe quoi en cas de faim. N’étant plus à l’écoute de son corps, on ne contrôle plus rien lorsqu’on mange (avec faim), on a tendance à choisir un aliment dit « interdit », et on en mange beaucoup car c’est un aliment rarement consommé.

Résultat, on mange plus que sa faim, donc on grossit ! Au lieu d’attribuer cette prise de poids à un problème de comportement face à la nourriture, on va l’attribuer à la faim. Encore, une fois, on prend le problème à l’envers… Il faut au contraire réapprendre à manger avec faim et éviter les lâchages que certains peuvent connaître aujourd’hui ! 

 

La peur d’avoir faim est une sensation qui nous empêche de perdre durablement du poids ! On invente le concept de jeûnes par intermittence, alors qu’il suffit simplement de s’écouter, si nous sommes trop encombrés, certains matins, midis ou soirs, nous n’avons pas faim, il suffit de ne pas manger et de prendre une petite tisane … Et tout va bien ! Suivre sa faim, c’est suivre ces besoins ! Et c’est là, la priorité de votre alimentation saine, attendre d’avoir faim, célébrer sa faim et manger jusqu’à ce que l’on ai plus faim. Une démarche que j’ai expérimenté moi-même et qui fonctionne ! J’ai hâte de vous en dire plus à la rentrée de septembre ! 

 

Nina, fondatrice

HAUT