Maigrir sans régime, possible ?

LA BIBLIOTHÈQUE DU LIBRE MANGEUR #2

Le livre qui nous ouvre les yeux !

Vous pensez en connaître suffisamment sur l’alimentation saine, la bonne alimentation, l’alimentation santé, l’alimentation minceur, les régimes ? Lisez ce livre, puis on verra ! L’auteur est lui-même nutritionniste et a passé des années à prescrire des rééquilibrages alimentaires. C’est ainsi qu’il s’est rendu compte que l’accompagnement façon « rééquilibrage alimentaire » était un des facteurs de la prise de poids de ses patients. À travers l’histoire d’une de ses patientes, il raconte comment la restriction cognitive mène au yo-yo et une prise de poids assurée après chaque fin de régime ou rééquilibrage alimentaire.

Quatre points à retenir : La restriction cognitive - Les 4 étapes en conséquence : l’ignorance - Ingérence - Disparition - Dépendance. En espérant que ces notions pourront faire écho en vous, comme ça a été le cas pour moi !

RESTRICTION COGNITIVE

La restriction cognitive est « Une intention de contrôler mentalement ses apports alimentaires dans le but de perdre du poids ou de ne pas en prendre ». En conséquence, le fait de contrôler son alimentation influence la perception de nos sensations alimentaires. C’est ainsi que nous modifions progressivement notre comportement alimentaire sans prendre en compte les signaux envoyés par le corps. Exemple typique : je n’ai pas faim le matin mais je mange pour ne pas grignoter avant le déjeuner. Petit à petit, nous ne percevons plus nos sensations alimentaires, notre corps ne diffusent plus de signaux, il n’est pas écouté… Résultat, les seuls signaux reçus sont dépendants de nos émotions (et non de nos véritables besoins). 

IGNORANCE

Afin de suivre les « bonnes » règles alimentaires - ne pas manger lourd le soir, ne pas sauter le petit déjeuner, éviter de grignoter entre les repas - la personne ignore ses sensations alimentaires. En d’autres termes, il lui arrive de manger alors qu’elle n’a pas faim ou de s’empêcher de manger alors qu’elle a faim. La personne contrôle ses apports alimentaires en ignorant ses sensations de faim et satiété. En une phrase : « Je n’écoute plus mes sensations alimentaires ». C’est la fameux faire attention. 

INGÉRENCE

À force d’ignorance de nos sensations alimentaires, la personne créée des frustrations. Le résultat, tout à fait prévisible, même s’il y a toujours des perceptions de faim ou satiété, la personne n’arrive plus à s’arrêter de manger. « Quand il y a une plaquette de chocolat chez moi, je la termine systématiquement », nous avons tous déjà entendu cette phrase ! Si courante alors qu’il y a un trouble du comportement. 

DISPARITION

Le corps s’adapte à tout ! S’il n’est pas écouté, il réduit puis fait « disparaître » les sensations de satiété. La personne ne sait plus quand elle doit manger, si elle a faim ou non. Idem pour les quantités, en mangeant, la personne utilise uniquement sa « raison » pour gérer les quantités consommées. 

DÉPENDANCE

Pour les trois premiers stades cités ci-dessus, la personne contrôle mentalement son alimentation. Elle gère comme elle peut son alimentation, en estimant les quantités à manger, en essayant de manger équilibré aux heures des repas et de compenser les écarts en cas d’ingérence. Puis il y a une perte de contrôle. Nos choix et quantités deviennent dépendants de nos émotions. En fonction des périodes (jours, mois, années), on peut passer d’un stade à un autre à force de se restreindre #restrictioncognitive 

Zermati écrit maigrir sans régime

Maigrir sans régime à découvrir aux éditions Odile Jacob.

HAUT