Prise de poids : À qui la faute ?

Qui peut se vanter d’avoir garder un poids stable après un régime ? Peu de personnes ou plus exactement 20%. En effet, les statistiques* montrent que « 80% des sujets reprennent du poids un an après la fin de leur régime ». Si un régime ne fonctionne pas, on a tendance à considérer que c’est la faute de la personne qui l’a suivi. Alors que c’est le régime lui-même qui est en cause ! 

Quand on suit un régime, on suit des règles alimentaires afin de perdre du poids. En d’autres termes, on contrôle mentalement son alimentation pour réduire ses portions. Une situation qui provoque deux principales conséquences.  

PRISE DE POIDS : À QUI LA FAUTE ?

Adaptation physiologique

Comme le rappelle Michel Desmurget « pour le cerveau, ce qui pose problème, ce n’est pas l’excès de graisse. La seule chose qui le terrifie, c’est de voir ses réserves de graisse attaquées. » Le corps va naturellement « préférer » l’abondance à la privation. Donc, plus on est au régime, plus le corps va résister (moins il va coopérer). Ce qui complique la perte de poids durable, pendant mais surtout après le régime ! En plus de la résistance du corps face au régime, celui-ci va s’adapter physiologiquement à la diminution des portions (du nombre de calories consommées). Une adaptation physiologique qui fait que le corps dépense moins d’énergie au quotidien… Conclusion, la seule façon de réussir son régime, c’est de le suivre à vie ! Et oui, c’est bien cela le problème (ou la solution ?). 

Changement de comportement alimentaire

Autre élément à prendre en compte pendant un régime, c’est l’évolution du comportement alimentaire. Lorsqu’on suit un régime, on contrôle mentalement** ses apports alimentaires. Bref, on se restreint (pas forcément en quantité, cela peut concerner une catégorie d’aliments estimée interdite). On raisonne en mangeant donc on se coupe de ses sensations alimentaires. Sur le moment c’est efficace, mais vient l’étape de frustration puis de craquage puis de lâcher prise… On finit par reprendre le poids perdu voire plus que le poids perdu. Mais surtout, on ne sait plus quand on faim ou pas ou plus. On ne sait plus être à l’écoute de ses sensations alimentaires. Et même s'il nous reste quelques sensations, on ne se fait pas confiance car on est en train de reprendre du poids. Résultat, on associe la faim à la prise de poids : si je m'écoutais, je prendrais du poids. Or c'est l'inverse...

Suivre un régime qui marche, c’est adopter une « conduite alimentaire » possible à suivre toute sa vie. Exit les régimes SANS ou AVEC on ne sait quoi ! C’est à cause du contrôle alimentaire que l’on perd pieds. Alors oui il fait beau, ça donne envie d’avoir un corps de déesse. Et d’ailleurs vous avez certainement des envies plus fraiches ou légères. Commencez par suivre vos premières sensations et surtout ne débutez pas un (énième) régime !

* Etudes Anses Risques sanitaires liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement. 

** Restriction cognitive de P. Herman et J. Polivy. 
HAUT